Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'otage 213

Voix de TOUSSAINT TURELURE. — C'est la cavalerie Russe qui prend ses positions. Pour nous, que les cris de cet enfent tout neuf soient notre trompette que nous venons de baptiser sous le canon !

Entends-tu, Alexis Couillonadovitch ? C'est le cri d'un homme libre ! Nous nous foutons de toi,

��cosaque !

��(Trompettes de nouveau)

��Est-ce que tous ces Nicodèmes du Nord vont prendre la France ? Ils n'ont pas assez d'esprit pour cela.

Il y a encore du vin à Epernay ! il y aura toujours assez, de France pour embêter l'Europe et pour lui piquer le derrière et pour l'empêcher de manger tranquille son foin, la vache !

Messieurs, je vous apprends une grande nou- velle : l'Empereur Napoléon vient de remporter une grande victoire à Saint-Dizier.

(Acclamations : Vive l'Empereur)

Quant à nous, qu'en dites-vous . Il me semble que nous tenons ici assez bien.

Nous avons derrière nous Paris, et nos ennemis, ce qu'ils ont derrière eux, c'est l'Empereur et ses aigles !

Messieurs, à votre santé. Sacrebleu, on ne nous

�� �