Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


2IO LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

SYGNE. — Qui est-ce ?

TOUSSAINT TURELURE. — C'est une surprise. Vous allez voir. Le Roi est un homme d'esprit.

Nous allons tout régler en famille.

(Il sort. Violons qui se rapprochent du cortège baptismal)

TOUSSAINT TURELURE (Il rentre, rame- nant avec lui le vicomte de COUFONTAINE). — Sygne, je vous présente le lieutenant et plénipo- tentiaire de Sa Majesté,

Notre cousin Georges lui-même, que la politique depuis trop longtemps nous a ravis.

SYGNE. — Georges !

GEORGES. — Madame. (Il lui prend la main et la baise)

TOUSSAINT TURELURE. — C'est gentil de les voir 1 Je le jure, l'œil me pique. Georges, ma femme a tout pouvoir de traiter avec vous.

Adieu, Georges !

GEORGES. — Adieu, — Toussaint !

(Musique. Tapage. Acclamations. Tu- multe de la maison quon envahit. Salve de mousqueterie au dehors)

�� �