Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


208 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

douilles et le Prussien avec ses Jonas Mûller en bois de navet !

Je ne crains rien tant que j'ai avec moi ces nourrissons de Bellone, les pompiers de Pantin et les Garde-Nationale de Saint-Denis et les volon- taires de Popincourt !

Vous avez entendu le canon ce matin ?

SYGNE. — Oui.

TOUSSAINT TURELURE. — On est entré dedans, comme disait mon ordonnance. On a torché Miloradovitch aussi propre qu'une assiette à pain.

Quatre cents Wurtembergeois en pantalon rose sont couchés dans les vignes de Noisy-le-Sec,

Le pot-à-beurre sur la tête et le petit doigt sur la couture du pantalon,

Les yeux encore dans la mort et le petit nez tout rond tournés à gauche vers le Herr Adjutant « Habt Acht ! "

— En l'honneur de quoi nous allons boire de ce vin de Mareuil.

SYGNE. — Tout cela n'est pas sérieux.

TOUSSAINT TURELURE. — Je ne sais. Mais il y a encore un point que je vous conjure de méditer.

L'Empereur déchu, il n'y a pas qu'un seul roi possible pour la France.

�� �