Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 155

��LE CARNAVAL DES ENFANTS.

Je consens qu'il y ait quelque chose d'aimable, et de géné- reux, et d'exemplaire dans le caractère de M. Saint-Georges de Bouhélier. Il a écrit récemment : " Nous profitons des victoires de jadis, mais ne songeons pas qu'il serait désirable d'y ajouter nous aussi quelque chose, et nous reculons devant l'aventure. // nous semble que le temps du miracle est passé alors que le miracle peut toujours se produire, mais bien peu d'hommes ont confiance dans la vie ! " • VoUà le beau de cette nature si enthousiaste et si fausse : son refus au tout est dit et ton vient trop tard ; sa faculté de ne point se laisser glacer par l'expérience ; sa foi au miracle ; sa confiance aveugle, impru- dente peut-être, et parfois impudente, dans la vie, dans les possibilités de son temps, dans ses propres ressources. Une attente hardie ! Cette attente, que n'est-elle plus anxieuse et réticente, et cette confiance plus avertie, cette foi plus austère. Chez ceux que nous aimons le plus, pour leurs pensées et leurs actions, je ne sais quoi nous échappe encore, et se dérobe, à quoi le meilleur de notre amour s'adresse. En Bouhélier je voudrais découvrir quelque chose de plus intime que sa parole, de plus inédit que son éloquence, une chose depuis longtemps gardée, nourrie d'amour, et non proclamée. Il aspire... sans réserves ni limites. N'est-ce p>oint dans ses limites même que la force abonde, dans sa réserve qu'elle s'éprouve ? La vraie ferveur exige un aliment secret, ou bien elle se dévore elle- même...

J'ai lu, dans un naïf opuscule, * qu'il convenait d'admirer "l'extraordinaire unité" de la pensée de M. de Bouhélier. Il n'y a rien en effet, de plus solide, de plus impressionnant que cette unité- là. C'est l'unité, c'est même l'uniformité d'une unique pensée, et qui ne courut aucun risque de se contredire, ne s' étant jamais développée. Quoiqu'il en soit, grâce à cette

' Le Héros acteur (voir la Grande Revue, 10 et 25 novembre). ' Essai sur la Dramaturgie de S* Georges de Bouhélier, par Michel délia Terre.

�� �