Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


132 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

ensuite et le bravant du regard : " Eh bien, vous ne ré- pondez pas ! Vous ne souriez plus ! Qu'est devenue votre assurance, ce magnifique détachement que vous opposiez jadis à toutes choses ? Ah ! je prévoyais bien qu'il suffirait d'un mot pour vous rendre attentif. C'est qu'à présent je sais par oii vous prendre, et qu'il n'est rien de mieux avec vous que l'improviste. Vous étiez loin de compter qu'après ce qui s'est passé, je viendrais vous relancer jusqu'ici. Du coup, vous voilà déconcerté, j'en suis ravie : faute d'une défaite préméditée, peut-être, en me répondant, force vous sera bien d'être sincère malgré vous. Car vous par- lerez aujourd'hui. Je saurai ce que vous attendiez d'une si répugnante comédie. Oui, répéta-t-elle en s'animant, cela du moins vous l'avouerez ! "

Philippe, qui s'était mis à marcher, se retourna, et d'un ton blessant, non sans l'intention manifeste de faire perdre à la jeune femme un sang-froid qui l'inquiétait : " Eh ! que vous importe après tout ! "

Mais la dure résolution dont elle était commandée rendit l'Ombrageuse insensible à la provocation. Elle eut un sourire placide. " Assurément ! que m'importe ! qu'y a-t-il de commun entre vous et moi ! En quoi votre conduite peut-elle me toucher, et de quel droit contrôle- rais-je vos actions !... Ajoutez que je suis importune et que je vous lasse... Je continuerai néanmoins. Tant qu'il vous plaira de me disputer l'explication que j'exige, vous me trouverez devant vous à cette place. L'énervement m'a pu faire quitter la partie hier : comprenez qu'aujour- d'hui je suis résolue à ne plus lâcher prise. " Et pour l'affronter à nouveau, elle s'arrêta devant lui.

Comme des ennemis qui mesurent leurs forces, quelque

�� �