Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


774 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

avait bien dû payer cela cinq, six cents francs. La créole avait donc beaucoup d'amitié pour lui ? Pourquoi donc ne lui avait-elle pas dit : au revoir ? Il se rappela ses paroles : " Vous avez eu tant de bontés pour mon neveu... " C'était donc cela. " Mais alors ", pensa Joanny, soudain, " mais alors, ils m'ont payé ! " Oui, c'était bien cela. Ce cadeau n'était pas un témoignage d'affection, le cadeau que l'on fait à un ami de la famille. C'était le paiement d'un service rendu : on le faisait à la fin, au moment où les relations cessaient.

" Ils m'ont payé. " Joanny succombait sous l'affront. " Ils m'ont payé ! " Ses joues avaient rougi tout d'un coup, et la rougeur restait, douloureuse comme une brû- lure, semblable à la trace visible d'un soufflet. " Ils m'ont payé ! " Oui, ils ne voulaient rien lui devoir ; ils l'avaient congédié en lui payant largement ses gages. Oh ! les misérables ! Et c'est en souriant qu'ils ont tué ma dignité. Les riches sont ainsi : ils se servent de leur argent pour blesser ceux qu'ils méprisent. Avec ses yeux secs et brû- lants, Joanny regarda tous ses camarades. Et il comprit qu'il les détestait parce qu'ils étaient riches. Jusque-là, il ne s'en était pas rendu compte. Ces deux cent mille francs que son père gagnait chaque année dans les soieries lui valaient le respect et les saluts des gens de son quar- tier, et faisaient des siens les potentats de leur village, dans le département de la Loire. Même dans Lyon, M. Léniot père était une notabilité, et Joanny, comme fils unique, avait sa part de cette renommée. Mais qu'était cela, comparé à la richesse de tous ces fils de nabab, aux millions de ces Américains que leurs pères envoyaient en Europe sur des navires qui leur apparte- naient ?

�� �