Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


726 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

nous devons nous joindre et qui n'existe plus. Des pas indécis, des mots contre la péripétie. Ah ! cette pensée me dépite, qu'il me faudra sans toi... si de ce train qui s'arrête ?... Mais te voici ; et que tu me plais ! d'être vêtu déjà en routier.

��*

  • *

��Je marche solidement, et j'exulte en moi-même! d'avoir quitté les plaines et de pousser mon pas, dans le vacarme de ces eaux fracassantes, toujours plus loin, entre ces brutales murailles.

Rien ici que de farouche et d'abrupt. Dont j'ai joie. O parois !

De petites touffes tristes végètent aux fissures du calcaire, des arbres tout là-haut se cramponnent sur le vide.

Après la borne, à ce détour, d'un formidable bloc, la paroi éclatée ouvrant vers les hauteurs une rue vertigineuse :

Escaladons ! Mon allégresse se change en une jubilante colère. Ah ! à travers la pierraille et par- dessus ces rocs où ma semelle ferrée dérape...

Maintenant dans l'herbe, que le grand soleil chauffe, de ce flanc, je gravis posément, travaillant des jambes.

Muets, et nos regards alentour sur les considé- rables sommets graves.

�� �