Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


6$6 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Préfet des Etudes. Il fallait que, dès le lendemain, il commançât ses leçons d'aquarelle, sans attendre l'autori- sation paternelle, dont il était assuré d'avance, et qu'il demanderait ce soir même par lettre. L'huissier le fît attendre dans l'antichambre. Il s'y trouva assis en face d'une glace. Comme rien ne réfléchissait votre visage, dans l'intérieur du collège, vos propres traits cessaient bientôt de vous être familiers, et vous connaissiez mieux le visage de vos camarades que le vôtre. Quelques Narcisses possédaient bien de petits miroirs de poche dont ils se servaient en grand mystère. Mais Joanny n'était pas de ceux-là; et il retrouvait, dans cette glace, son image, comme on retrouve une personne que l'on connaît et dont on étudie le visage à chaque nouvelle rencontre. C'est en se regardant dans sa glace qu'un homme parvient à modifier, autant qu'il est en son pouvoir de le faire, les jeux de sa physionomie. Joanny voyait, avec une surprise mêlée de peine, quelques-uns de ses états d'esprit les plus habituels écrits clairement dans ses traits. L'expression trop attentive de ses yeux ; ce pli à son front, voilà ce qu'il devait faire disparaître. Oui, un " visage sévère " ; c'était bien cela. Un teint mat, des yeux bruns, et, surtout, des muscles faciaux presque immobiles, des joues qui ne pouvaient pas sourire ; un visage lourd et dur, bien que d'un dessin délicat, presque classique; romain.

Une sonnerie électrique appela l'huissier dans le cabinet du Préfet des Etudes. Puis l'huissier revint pour annoncer " l'élève Léniot."

L'élève Léniot salua M. le Préfet des Etudes. Il lui exprima son désir de prendre des leçons d'aquarelle ; et, en quelques minutes, tout fut réglé. Il dit ensuite, que

�� �