Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


G. DEHERME ET LA CRISE SOCIALE 585

que le salaire de l'homme est trop faible, tant que des filles pauvres restent sans maris, suffit-il de laisser les femmes sans protection corporative pour les renvoyer au foyer ? — Retraites ouvrières et travail féminin, ces deux problèmes qui se posent dans toutes les nations modernes, Deherme les traite à peu près comme s'ils étaient spéciaux à la France. Le même tendance vicie la partie centrale de son livre, qui porte sur la Crise politique. Ici les faits lui fournissent assez et trop d'arguments, mais il les gâte à plaisir, ne séparant nulle part les inconvénients propres au régime, de ceux-là qu'on ne voit pas qu'aucun régime sache éviter. Il n'établit pas une juste balance ; il pèse les maux que nos institutions produisent, sans chercher s'il en est qu'elles empêchent ; il choisit tacitement pour terme de comparaison un modèle de perfec- tion inexistant. Signaler que " chaque habitant des Etats-Unis paie 6 francs par an pour l'entretien de ses fonctionnaires, l'Anglais, 10 francs, l'Alle- mand, 15 francs ; le Français verse au fisc 25 francs ; " — voilà qui peut nous convaincre, si les chiffres sont vérifiés par une saine méthode (si par exemple on n'a pas oublié que nombre de traite- ments qui relèvent, en Allemagne, des budgets locaux, sont chez nous inscrits au budget de l'Etat). "L'accroissement insensé de 209,696 fonc- tionnaires en deux ans ", — voilà qui nous convainc tout de suite : le parlementarisme est bien en

�� �