Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


526 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Ce rêveur fanatique, s'il descend dans la vie des hommes, ne perd rien de sa lucidité. Les Prophètes sont exaltés, mais l'Ecclésiaste est clairvoyant. Trop passionné pour se contenter du rêve, trop fier pour accepter que son idéal se réalise en se déformant, trop intelligent pour penser que sans se déformer il puisse se réaliser en effet, c'est à une profonde tristesse qu'André Spire finalement s'adonne. Tristesse militante, qui jamais ne glisse au découragement. Au contraire.

C'est ce " Demain infatigable" qui marche devant lui, qui fait pour Spire la raison de vivre. C'est sur son désespoir que son enthousiasme s'élève. Mais cet enthousiasme emporte et détruit ce que d'abord il transfigure. Il voudrait bien lancer le peuple contre ceux qui l'oppriment.

Mais tenter d'exalter ces hommes sans désirs

Ce peuple qui se traîne

Tu n'as donc pas encore regardé ses yeux vides?

Le peuple est las, morne et servile. Il a tfaim et meurt de sommeil. Et la justice qu'il a le droit d'exiger, il la quémande.

��#

  • 4

��" Cherchons nos égaux : là seulement est le bien, " dit Goethe. Où Spire trouvera-t-il ses égaux ? Où sont les oppri- més qu'il pourra ne pas mépriser ? — L'élan qui l'emporte ne lui permet pas de s'arrêter avant qu'il ait rejoint sa race. C'est elle qui lui inspire ses plus beaux poèmes. Mais au milieu de son peuple même, il ne saurait trouver la paix.

Au contraire, il veut lui communiquer sa fièvre, et relever l'orgueil d'Israël qui abdique. Car " Israël aspire à deux choses contradictoires. Il veut être comme tout le monde, et être à part."

Tu es content, tu es content

Ton nez est presque droit, ma foi

Et puis tant de chrétiens ont le nez un peu courbe.

Au lieu de s'humilier devant les gentils, qui les méprisent, jusqu'à vouloir leur ressembler, les juifs doivent, non seulement préserver ce qui fait leur personne, mais se révolter contre

�� �