Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LISE

��444 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAI

Il y avait à quai de hauts navires a musique. Il y avait des promontoires de campêche ; des fruits de bois qui éclataient... Mais qu' a-t-on fait des hauts navires à musique qu'il y avait à quai ?

Palmes. .1 Alors

une mer plus crédule et lacessée d'invisibles départs,

ètagèe comme un ciel au-dessus des vergers,

se bondait de fruits d'or, de poissons violets et d'oiseaux.

Alors, des parfums plus affables ne doutèrent point d'ébruiter

une aromale turbulence,

et par le seul artifice du cannellier au jardin de mon père — ô feintes !

glorieux d'écaillés et d'armures un monde trouble délirait.

(O j'ai lieu de louer I O fable généreuse, ô table d' abondance l)

��VI

��Palmes /...

et sur la craquante demeure tant de lances de flamme l

...Les yoix étaient un bruit lumineux sous-le-vent... La barque de mon père, studieuse, amenait de grandes figures blanches : peut-être bien, en somme, des Anges dépeignés ; ou bien des hommes saints, vêtus de belle toile

�� �