Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


362 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

La lune en effet montait, dégagée des brouil- lards qui la rougissent et la déforment, éclairant les grandes plantes molles d'où coule un lait insipide, les ombelles, les rieurs violettes qui sont légères comme le safran, mais dont la racine extrêmement vénéneuse rend fou, l'éternelle rosée qui partout avait établi son empire. La ligne de l'aube sur le gazon tremblait encore, incertaine avant de se poser, quand Orphée parut avec Eurydice.

— " Oh! dit-il, enfin! que je rie et que je danse ! que je roule dans le clair de lune comme un chat dans la farine ! Regardez, elle est pâle comme un visage qui d'orgueil ferme les pau- pières, elle est magnifique comme un paon sur un mur ! Nuit, nuit merveilleuse, — presque trop belle pour la première, ô déchirante limpidité ! Voici que tout dort, le chien devant la porte et la feuille violette au sommet du platane ; et dans les cours une lumière bleue sur les citernes se pose. Ah, ce n'est plus d'aucun rêve humain que nos âmes ce soir sont les filles, ni des rires ni des baisers, ni la fiançaille des chevelures sous la cym- bale éperdue qui frissonne ! Tout à l'heure, — tout à l'heure, en venant par les chemins entre les haies, brusquement je me suis arrêté, et j'ai senti dans ma poitrine une chaleur montante, un bon- heur et une gloire, et le vent qui me soufflait aux paupières ne m'a pas fait rougir, car je suis aussi

�� �� �