Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


30i

��NOTES

��Afin de leur donner un caractère plus intime et plus personnel nous avons demandé quelques-unes de ces notes à ceux qui furent les plus fidèles amis de Ch.-L. Philippe.

N. D. L. R.

��•

��QUATRE HISTOIRES DE PAUVRE AMOUR— Edition l'Enclos, 18g 1 ?, Bibliothèque de V Association.

Il semblerait, lorsqu'on a terminé la lecture de ce petit livre de nouvelles de Charles- Louis Philippe, sa première œuvre, qu'il se trouva placé comme à un carrefour, dont il sui- vit quelque temps chaque route, avant de s'engager dans une dernière, qui fut de plus en plus pour lui l'unique possibilité d'art, parce qu'elle résuma de plus en plus sa définitive conception de la vie.

De ce carrefour partirait d'abord une route blanche (bouquets de fleurs candides parfumant éperdument le cœur, sillages d'oiseaux au ciel, âmes neuves, innocences, premières com- munions). Sur cette route, deux aventures menues, deux courts chefs-d'œuvre, qui font de l'étonnant conteur qu'il était — presque autant au moins que romancier ! — le maître — et il laisse combien d'élèves ! — de tous nos plus célèbres conteurs d'aujourd'hui. Deux pièces parfaites,... d'anthologie,... tout près des récits les plus achevés de notre littérature nationale : 11 Mare au diable" ou " Petite Fadette",... et du Berry aussi,... I La Bonne Madeleine" et " Le Clair Amour et V Innocence" .

Pourquoi Philippe ne suivit-il pas uniquement cette route blanche où il eût récolté tous les triomphes, tant les impressions qu'il nous y conte sont d'une simplicité, d'une justesse et d'une fraîcheur inouïes, tant il nous y bouleverse comme une

�� �