Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


248 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

manque jamais, pour la plus petite cigarette, de me faire une observation. Faut être fou, y a pas un bourgeois, etc.. Ma petite nièce est très drôle, avec deux yeux éclairés, capricieuse, animale. Je l'aime bien.

Iehl ne va pas mal. Il travaille, il a demandé un mois de congé sans solde. Il n'avait pas de réponse quand il m'a écrit, mais il a dû en avoir une, puisqu'il n'était pas de retour à Paris au moment de mon départ.

Je ne puis pas écrire longuement. Gloire à Jean et à Luluce ! On se mesurera pour voir celui qui aura acquis le plus de Biceps. Entraîne savam- ment ton fils parce que je suis costaud.

Embrasse tout ton monde pour moi et fais mes amitiés au vieux Frapié et aux siens. Rappelle- moi à Hachenburger.

Je t'embrasse. Je t'aime bien, mon vieux Lucien. Ecris-moi.

Louis

��A M, André Ruyters,

Lundiy décembre 1902.

Mon cher ami, non seulement ta lettre ne m'a pas froissé, mais elle m'a plu parce qu'elle est le modèle des lettres que j'aime à recevoir à propos de mes livres. Et comme elle m'est de plus une

�� �