Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


LETTRES 243

poème de Mallarmé. J'ai eu des lueurs en le copiant, mais je ne suis pas très sûr d'avoir saisi l'idée. — Un poème de Ch.-L. Philippe, et c'est tout pour aujourd'hui.

A bientôt une longue lettre. N'oublie pas de m'envoyer les vers que tu as faits. Parle moi de mon poème en prose.

Je te serre les mains de toute mon âme.

Ch. Philippe.

��II

A M. Charles Max.

��17 novembre 99. Vieux Max,

Cette " fête de la Fédération " dont vous parlez sera une fête comme toutes les autres avec des boniments d'hommes politiques, des défilés de pauvres bougres, des cris d'imbéciles. D'abord nous ne verrons absolument rien parce que nous ne serons pas dans les tribunes et que nous ne ferons pas partie du cortège. Ensuite nous aurons les nerfs malades de toute l'orgie qui suivra.

Je n'irai donc pas y assister et je vous invite à en faire autant. Au Louvre où il n'y aura presque personne nous aurons un spectacle autrement réconfortant. Qu'est-ce que ça nous fiche à nous le " triomphe de leur République. " Est-ce que ça

�� �