Page:NRF 1909 8.djvu/60

Cette page n’a pas encore été corrigée


144 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Au grabat du père, touchait étroitement la caisse de bois où était clouée la petite coxalgique. Il n'avait pas pu voir l'un sans l'autre. Et il donnait ainsi plus de force à la maladie du vieux. Il la complétait, retendait. Ce n'était plus une maladie accidentelle, mais elle devenait un mal énorme et mystérieux, fatal, irrémédiable, comme le mal de la race.

— C'Mélie ? — demanda Gerfaut, — c'est ta vieille ? "

— Chtiote sœur — répondit Cauët.

— Pauvre Cauët ! — soupira Gerfaut, avec un accent de profonde, d'indubitable pitié.

On est fermé. On parle. Une parole amène une autre parole ; insensiblement le cœur s'ouvre. Cauët peu à peu était revenu à Gerfaut. Déjà le maître le ressaisissait dans sa main et reprenait possession de son regard. Et il songeait à le déconcerter de nouveau, à le détraquer par un acte brutal, d'une violence imprévue, ou par un mot sec, coupant, et d'une extrême malignité. Mais une odeur délicieuse et savoureuse de café vint le long du mur dilater ses narines, exciter son palais, éveiller dans son esprit une idée subtile et audacieuse. L'éternelle marchande de café avait tourné l'angle de la caserne et poussait sa voiture dans la direction du plateau.

Il l'interpella : — Ohé la mère !....

Elle ne s'arrêta pas, jeta son bras en avant et lui fit signe de le suivre. D'autres petites voitures, toute la concurrence des marchandes de café, montaient de V orges, apparaissaient sur le plateau. Et au-dessus de chacune flottait une petite fumée odorante, un parfum des îles. Comme la vie jaillit de la fumée du buisson ardent sur la

�� �