Page:NRF 1909 8.djvu/56

Cette page n’a pas encore été corrigée


140 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

soldats de plomb, de pioupious de zinc, et de ces sautelantes grenouilles disséminées, une rumeur s'élevait à peine sous le ciel pesant, et venait mourir contre le mur du Nord. Gerfaut, comme un Gulliver, de toute sa hauteur, dépas- sait ces lilliputiens, et sur le ridicule écho de leurs voix, son commandement résonnait :

"Flexion des extrémités inférieures !" — criait-il à Cauët.

II l'instruisait à l'écart, sur les ordres du lieutenant, et il était libre de choisir le lieu et les exercices.

— Attention ! J'explique. Premier temps.

" Fléchir lentement les cuisses contre les mollets, le poids du corps portant sur la pointe des pieds. Voici le

��mouvement ".

��Et il s'abaissa, et toute sa longueur décrut, rentra en elle-même comme les boîtiers d'un télescope. Une seconde il resta suspendu sur la pointe des semelles, et peu à peu il grandit et se releva avec une aisance parfaite.

Pour un corps souple et bien d'aplomb, le mouvement était facile. Mais il ne paraissait pas possible que Chtiot Jules pût l'exécuter. Il avait toujours manqué d'équilibre. Il se tenait penché comme une sarigue, les bras plon- geants, les mains hésitantes, et il marchait raide comme un centenaire, le dos voûté et les genoux anguleux. Le côté grotesque de cette attitude avait séduit Gerfaut. Il n'avait pas commandé au hasard cet exercice d'accroupis- sement. Il prévint Chtiot Jules qu'il fallait se tenir sur la pointe des pieds, et ne pas chercher l'appui de la plante ou des talons. Cauët se laissa descendre. Une seconde il fut quelque chose de gothique, de légendaire et de monstrueux, entre le gnome des piliers de cathédrale, le cul-de-jatte et l'homme-tronc. Mais les cuisses avaient à peine touché les

�� �