Page:NRF 1909 8.djvu/33

Cette page n’a pas encore été corrigée


117

��TOMBEE DU JOUR DANS UNE CAPITALE.

��Passant et repassant le fleuve ^ d'île en île. Jusqu'à la mer gelée où vient finir la ville. J'allais, trois Jours durant, de l'aube au soir, erré. Droit devant moi f allais, perdu de lassitude. D'un grand pas machinal et lourd, le cœur serré. Ivre de mon silence et de ma solitude. C'étaient de larges quais pleins de brume, un palais Couleur de sang ancien, et, derrière des grilles, U hiver qui pourrissait sous de sombres charmilles. La neige de la rue était jaune, j'allais.... Les arbres dénudés et les lifieilles façades Avaient de hauts profils impérieux, maussades. Tournés a')>ec raideur du côté du passé. Tout était malveillant, terne, humide, glacé. Et, pareille au crapaud qui sort d'un marécage. Soulevant de son dos la ipase, une prison Basse, accroupie, ignoble, une espèce de cage Monstrueuse offusquait de partout l'horizon. Nulle éclaircie au ciel, par où vînt l'espérance : Dans l'air gris mat comme un métal désargenté.

�� �