Page:NRF 1909 4.djvu/59

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 373

quille " au regret de laquelle sanglotait Verlaine ; un tissu d'azur et de lumière, sans ornements ni surcharges, inévitable- ment coupé de deuils, mais non assombri par eux, tant la foi sera rayonnante.

Les quelques courtes pièces, qui suivent Alexandre de Ruchenfleur, sont d'un rythme inattendu et gardent une ver- deur charmante. Si je n'en cite aucune c'est que je pense bien que chacun de mes lecteurs les lira ; mais je ne résiste pas au plaisir de copier, dans le dernier et beaucoup plus long poème, un des plus caractéristiques qu'il nous ait donnés, cette suite de vers, d'une noblesse, d'une ampleur et d'une beauté singulières :

Mais parle-nous du père ?

(Déjà les autres membres de la famille y ont passé.)

" Il fut toujours ce qu'il faut que l'on soit.

Il est né dans cette maison dont il est roi.

Il a recueilli l'héritage de ses frères.

Il avait le goût, dès l'enfance, de la terre.

Il grandit assignant à chaque chose un prix.

Il sait combien le chai peut valoir de souris.

Il est âpre et discute une heure pour un sou.

Il devient cependant généreux tout à coup.

Il n'aurait pas prêté, Romain, à ses dieux lares.

Il consent mille francs à quelque métayer.

Il ne demande pas d' hypothéquer d'hectares.

Il ne le poursuit pas s'il ne peut le payer.

Il assiste en aidant à l'effort des labeurs.

Il ne raconte pas les raisons de son cœur.

Il est vexé parfois si l'on n'est pas avare.... "

A. G.

  1. *

LE SYMBOLISME et M. JULIEN OCHSÉ.

Des escarmouches se livrent avec une renaissante passion autour de la méthode symboliste. Laissons ces querelles où

�� �