Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


37^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

— Allons ! Landry, allons ! n'insistez pas : c'est une mauvaise plaisanterie...

Là-dessus, il se fit dans toute la compagnie un silence de mort. Nos pas tambourinaient entre les murs de la route encaissée et rapide. On n'en finissait plus de longer la propriété Cournault, puis le clos du colonel Fumade. Enfin, au tournant, apparut la maison de nos compagnons. Et l'on prit congé les uns des autres, nous avec la mine de gens bouleversés, les Davèzieux avec celle de gens pleins d'assurance. Toutefois le sourire noir de Madame Davèzieux ressemblait terriblement à une méchante grimace.

Une fois que nous fûmes seuls, mon père se ressaisit :

— Chaberton n'avait pas tort, dit-il. On est bien bête de prendre des gants avec certains individus. Je voulais mettre les choses au point, parler raison... Va te faire fiche !... Et j'avais des scrupules !...

Il s'exprimait avec un calme inattendu. On eût même pu croire que rien ne pouvait lui être plus agréable que ce qui venait d'arriver. Comme délivré d'un poids, il se redressait, marchait d'un pas délibéré, respirait largement. Et nous autres qui avions souffert pour lui de l'insolence inouïe de M. Davèzieux, nous imposions silence à nos sentiments personnels, touchant la question des arbres, et nous embrassions sa cause. Ah ! s'il ne se fût agi que des parents de Prosper, je lui eusse dit volontiers :

— Vas-y ! ne te gêne pas ! Tu ne planteras jamais assez pour les ennuyer.

Mais il y avait mon ami !

Le lendemain, Prosper vint me relancer. Après m'avoir vainement cherché dans le département habituel de nos

�� �