Page:NRF 1909 10.djvu/98

Cette page n’a pas encore été corrigée


330 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

UN ROMAN DE M. PIERRE LASSERRE.

L'antagonisme, chez des êtres bien nés, entre l'honneur et la passion, — antagonisme résolu par la surenchère corné- lienne des concepts moraux, par la victoire, difficile mais naturelle, d'idées acquises auxquelles une vieille et noble culture confère plus d'ascendant sur la conduite humaine qu'elle n'en laisse aux mouvements instinctifs, — voilà le sujet de Henri de Sauvelade. Abordant pour la première fois la peinture des sentiments, il n'était pas douteux que M. Pierre Lasserre trouvât à y incarner ses robustes parti-pris de théoricien. Sous la forme d'un bref roman, il met une fois encore l'idéal classique et traditionnel en conflit avec l'idéal romantique et révolutionnaire. Henri de Sauvelade illustre, dans une certaine mesure, l'essai sur le Romantisme Français. Au développement de son action psychologique, l'auteur a lié les péripéties d'un épisode de la Terreur. Si Henri de Sauve- lade et Jeanne de Lespard se distinguent de Pierre Larroque par des affinités de race, tous trois ensemble opposent à l'anarchie d'une populace esclave de ses haines et avide de ruines, l'ordre intérieur et la belle construction de leurs âmes frémissantes d'amour, mais que la raison pacifie.

Que dire — sinon la louer — d'une oeuvre si sagement préméditée, d'une émotion si peu indiscrète, d'une éloquence si peu troublée ! M. Lasserre professe, sans doute, que les motifs d'entreprendre un travail Httéraire ne doivent s'im- poser à l'ouvrier que par un décret de son esprit. Il s'installe au milieu de ses matériaux avec une maîtrise immédiate. Comment, dès lors, relever des défauts de tempérament là où s'accusent avec tant d'évidence des intentions esthétiques ? de la froideur, où il faudrait goûter de la retenue ? Certaine sécheresse, où c'est de la logique qu'il convient d'admirer ? Cette tension ardente où l'auteur se dépense tout entier, — lors même qu'elle se bande jusqu'à ne laisser fibre derrière elle la vacance d'aucune ressource, le jeu d'aucune force, — elle commande cependant une assez rare estime.

La figure est émouvante de cette Jeanne de Lespard dont l'âme se redresse sous un joug de passion. Elle se rapproche

�� �