Page:NRF 1909 10.djvu/96

Cette page n’a pas encore été corrigée


328 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

avant tout l'inadéquation des moyens d'expression aux facultés de conception. Que Von Marées ait été, plus que ses compa- triotes, tourmenté par ce manque qu'il sentait en lui ; curieux de procédés techniques et plus riches et plus souples, qu'il se soit efforcé toute sa vie d'acquérir un métier docile et puissant, d'accorder ensemble sa main et son esprit ; qu'il ait espéré donner le pas sur le penseur qu'il était au peintre qu'il voulait être; qu'il y ait même réussi dans une certaine mesure, — c'est là une autre question. Et il est du plus haut intérêt de suivre ce chercheur dans ses démarches successives, de le voir, au cours de ses voyages à travers l'Europe, adapter sa prodigieuse faculté d'assimilation aux disciplines des écoles hollandaise, italienne, espagnole et française, imiter la couleur, la pâte ou la composition de Rembrandt et des Vénitiens, du Greco, de Pous- sin, de Delacroix, de Diaz, de Chavannes, de Manet, voire même de Monticelli. La recherche de la forme synthétique, du ton juste, des valeurs expressives, des matières profondes et des fins rapports, était peut-être une chose toute nouvelle en Allemagne vers 1870, mais cela n'empêche pas que l'exécution de Von Marées ne recouvre jamais que péniblement son intention. Ses dessins, dont on expose ici quelques feuillets, m'ont paru scolaires, sans accent et d'une gaucherie qui se force parfois à de l'aisance factice. Dans le Portrait de Conrad Fiedler qui ne donne à apprécier que la construction et l'ex- pression physionomiques, on sent bien une gravité d'esprit, d'intention, que soutient le parti-pris du simple et du sombre, mais ce dessin par lui-même n'est pas expressif : il y manque cette spontanéité de la main qui bronche sous le coup d'une émotion directe. Dans le panneau central des Hespérides, les formes sont laborieusement accusées, à la fois grêles et lourdes, d'un modelé sommaire que surchargent les ombres noires et massives. L'émotion devant la forme individuelle, et unique, que deux combinaisons consécutives de volume, d'éclairage, de mouvement ne sauraient répéter, — je ne la sens nulle part, mais bien l'inflexion formulaire de la ligne, la monotonie d'un répertoire que n'a pas formé la nature. Un pied est toujours un pied, un œil est toujours un œil. Et c'est

�� �