Page:NRF 1909 10.djvu/89

Cette page n’a pas encore été corrigée


321

��TEXTES

Le jugement tient chez moy un siège magistral^ au moins il s'en efforce soigneusement ; il laisse mes appétits aller leur train^ et la haine, et l'amitié, voire et celle que je me porte à moy mesme, sans en altérer et corrompre : s'il ne peult reformer les aultres parties selon soy, au moins ne se laisse il pas difformer a elles; il faict son jeu a part.

Montaigne (Essais III. 13J

Les passions peuvent me conduire ; mais elles ne sauraient m' aveugler.

M™® DE La Fayette (La Princesse de Clèves)

Que n 'a-t-il su aussi se poser des bornes morales ! C'est pour ne pas avoir eu cette puissance qu'il s'est égaré, et on peut dire avec justesse qu 'il s 'est perdu faute d'un frein. Il s'ignorait trop lui-même. Sa vie était tout entière dans la passion de chaque jour, et il ne pesait pas. Une savait pas ce qu'il faisait

Jugement de Gœthe sur Byron

�� �