Page:NRF 1909 10.djvu/81

Cette page n’a pas encore été corrigée


UNE BELLE VUE 313

— Vous plaisantez! Vous ne voudriez pas que je vous vendisse un pareille antiquaille. . .

— Ma proposition est des plus sérieuses, je vous assure. Une antiquaille ! Mais je mettrais ce morceau-là dans ma salle à manger, à la place d'honneur !

— Laissez-donc 1 II est bien où il est, dit mon père avec humeur, car sa raison était choquée.

M. de Chaberton, penaud comme un enfant qui a laissé tomber sa tartine, soupira :

— Je regrette. . . Enfin ! si vous changez d'idée. . . Son nez, marqué de variole, s'allongeait, et une moue

de dépit soulevait les crins jaunes de sa moustache clairsemée. Ah ! pour n'en vouloir point à mon père de ce refus tout gratuit, il fallait qu'il le prisât " plus que personne au monde ". Il le confessa du reste maintes fois par la suite, ingénument.

��VII

��Le lendemain de notre pitoyable expédition chez les Davèzieux, M. Servonnet vint faire un tour à Longval.

L'état de conservation de M. Servonnet était l'objet d'une admiration universelle. A soixante-quinze ans, l'ancien magistrat, haut comme une botte, sec comme une allumette, accomplissait encore de son pas de trotte- menu les cinq kilomètres aller et retour qui séparaient sa maison de campagne de l'octroi de Charlemont. Il jouissait de toutes ses facultés, ses petits yeux jaunes pétillaient du contentement de vivre ; un sang clair colorait sa face, rasée de près à l'exception de la mouche qu'il laissait pousser sous sa lèvre ; ses cheveux d'argent

�� �