Page:NRF 1909 10.djvu/76

Cette page n’a pas encore été corrigée


308 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Mon père prit le lit en rentrant. Avec sa constitution délicate, ce refroidissement pouvait avoir des suites fâcheuses. Le soir, tandis que nous dînions sans lui, et revenions sur notre mésaventure, Marguerite hasarda une affirmation téméraire.

— Maman, je suis sûre qu'ils l'ont fait exprès.

— Voyons, voyons, Marguerite ! C'est mal de prêter aux gens de pareilles intentions. Personne ne pensait que l'orage éclaterait si tôt...

— Mais, maman, vous en parliez tous de l'orage, et il pleuvait déjà...

Comme si elle eût pris ce moyen pour tirer sa maîtresse d'un embarras trop manifeste, Octavie, qui servait, laissa choir un compotier. Par suite de ce "malheur" et de ses conséquences ordinaires, la conversation prit un cours différent.

N'empêche que j'étais pleinement d'accord avec Mar- guerite : les Davèzieux portaient la responsabilité de la maladie de mon père. Si la chose tournait au tragique, ils auraient un assassinat sur la conscience.

��VI

��Mes parents n'aimaient le monde ni l'un ni l'autre. Ils avaient l'un " sa santé ", l'autre " son ménage ", tous deux l'éducation de leurs enfants ; cela suffisait à remplir leur existence. Hormis la famille, et elle était peu nom- breuse, ils ne voyaient presque personne à Charlemont. Mais en héritant de Longval, ils avaient bon gré mal gré hérité de certaines relations de bon papa. Ce dernier, proposant sa propriété à l'admiration universelle.

�� �