Page:NRF 1909 10.djvu/14

Cette page n’a pas encore été corrigée


246 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Toute baignée de clair de lune n es-tu pas

Toute pâle^

Et tes bras nus ne sont-il pas encore plus purs !

Je suis sensible à ton collier qui brille

Lorsque ta gorge se soulève sous ta robe^

Tandis que je f adore.

Vienne une brise légère

Agiter un peu quelques feuillages

Je distingue au loin le murmure intarissable

De la mer.

Alors ne sens-tu pas ce mélancolique plaisir :

Vouloir encore se recueillir !

— Tu renverses lentement ton visage.

Le limpide silence et ton calme profond Pénètrent dans mon cœur et je les y confonds.

��Vol de Corbeaux

A Mme de Kuczynska.

Les corbeaux s* élèvent^ se dispersent dans Pair! Très haut

Se rassemblent Quand ils sont devenus petits oiseaux...

�� �