Page:NRF 1909 1.djvu/107

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES IO3

Oh ! qu'il me soit donné encore une fois, De revoir quelques endroits aimés, comme La Place du Pacifique, à Séville ; La Chiaja fraîche et pleine de monde ; Dans le jardin botanique de Naples, La fougère arborescente, l'arbre jeune-fille Que j'aime tant ; et encore

L'ombre légère des poivriers de l'avenue de Képhissia ; La plage du vieux Phalère ; et à Bucharest, La Chaussée de Kisselew ; et, encore ! Les vignes de Lesbos et ses beaux oliviers Où j'ai gravé mon nom de poète lyrique ; Et puis aussi,

Cette plage " Khersonese " , près de Sébastopol, Oit la mer est parmi les ruines, et où un savant Montre avec amour une affreuse idole Kirghise Lippue, ayant une sourire idiot sur ses grosses joues de

[pierre.

Je voudrais citer davantage ; il faudrait aussitôt citer trop — car dans ce livre bizarre, chaque tableau de sensation, si juste ou spécieux soit il, vaut surtout par la célérité de sa fuite; un autre succède aussitôt ; sans souci de la prosodie le vers s'élance et l'émotion pose sur le papier autant ou aussi peu de pieds qu'il lui suffit pour échapper.

S'il tint un " journal " au cours de ses voyages, ce M. Bar- nabooth devrait bien nous le montrer.

A. G.

  1. #

LE CINQUIÈME ACTE DU FOYER.

Condamné par les auteurs eux-mêmes comme trop auda- cieux, on affirme cependant qu'il existe, ce cinquième acte, que le drame enfin s'y résume, et qu'il s'y dénoue...

Nous sommes en pleine mer, à bord de l'Argo. Cet astucieux Biron, en réunissant, pour une croisière, Thérèse Courtin, Courtin et le petit d'Auberval, a posé la situation. Il faudra

�� �