Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


950 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tions fondamentales : Pourquoi vivre ? Comment vivre ?

11 y a dans Interrogation un système cohérent, toute l'idéo- logie morale d'une génération sportive, définitivement éta- blie dans le pragmatisme par son expérience de la guerre. Action et jeu, jeu de l'action.

Lancer une idée dans le monde comme un ballon de foot- ball dans la mêlée, affirmer une idée de la vie et la faire triompher, c'est la raison de vivre de l'élite des hommes et de l'élite des peuples. Si les idées contradictoires lancées par tous les hommes-maîtres forment un chaos, tant mieux : « Il faut choisir entre le néant et le chaos » {Interrogation, p. 38).

Mais CCS idées-forces en se muant en action tangible et corporelle se heurtent fatalement : « Tel est le secret, telle est la nécessité de la guerre ». La guerre rend intense la vie assaillie par la mort. La masse se sacrifie pour faire triom- pher l'idée du chef soit qu'elle adhère à cette idée, soit plutôt qu'on la précipite dans la guerre par le mensonge (« Appelez le chef l'homme-qui-ment»).

Et pourtant le vœu de la masse, celui même de l'homme qui déchaîne la guerre est de ne pas souffrir. N'y aurait-il donc de choix pour l'humanité qu'entre la souffrance de la guerre et le néant d'une existence « de boutiquier retiré des affaires » ? Non, il se peut que la guerre ne demeure pas toujours cette mêlée meurtrière. « Mais la guerre nous fit croire non pas au progrès, mais au noble effort sans but et libre d'espoir. » Ce qui importe à jamais, c'est « la souve- raine présence en temps de paix de l'âme de la guerre, de l'esprit d'inquiétude, enfin de l'action qui éjaculele monde ».

Et dans Fo)id ile Cantine, « l'art qui est un regard sur tous ces agissements » s'arrête à examiner quelques-uns de ces « nobles efforts », de cette » action qui éjacule le monde » à force de mythes. Voici le mythe américain de la guerre s'opposant au mythe français ; voici le mythe bolchéviste ; le

�� �