Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


888 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Il passa de vie à trépas, laissant à sa femme son ouvrage.

Et pourtant il n'était pas encore bien vieux

Et il aurait encore pu faire de la bonne besogne.

Mais Dieu l'enleva pour la vie du paradis

Pendant la nuit de Vendredi à Samedi, de la semaine Sainte....

'Et quelque chose de ce genre... » Il se tut et puis secouant la tète et souriant faiblement, il ajouta : « Dans la bêtise humaine, si elle n'est pas méchante, il y a quelque chose de très touchant, de beau même... et cela toujours. »

On nous appela pour le dîner.

XXXVI

« Je n'aime pas les gens qui sont ivres, mais j'en connais qui du moment oi!i ils sont gris deviennent intéressants et acquièrent alors un je ne sais quoi qu'on ne leur connaissait pas à l'état normal — ■ de l'esprit, une certaine beauté de la pensée, une vivacité et une richesse d'expression. En pareil cas je me sens tout disposé à bénir le vin. »

Suler raconte qu'allant se promener un jour avec Léon Nicolaïevitch dans la rue Tverskaya, Tolstoï remarqua à une certaine distance deu.\ soldats de la garde. Le métal de leur armature luisait au soleil, leurs éperons brillaient et ils marchaient en cadence comme un seul homme, la figure tout illuminée de la confiance en soi que donnent la force et la jeunesse.

Tolstoï se mit à les invectiver tout bas : « Q.uelle pom- peuse stupidité ! Ils ont l'air d'animaux que l'on a dressés au fouet. » Mais quand les gardes l'eurent rejoint il s'ar- rêta, les suivit d'un regard caressant et dit avec en- thousiasme : « Qu'ils sont beaux ! On dirait de vieux Romains. Qu'en dites-vous, mon petit ? Cette force et cette beauté ! Seigneur ! Quelle joie de voir un bel homme ! quelle vraie joie ! »

�� �