Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


844 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Et contre qui les tristes sociétés Civiles si ridiculement toujours sans se lasser recommencent de combiner et de tendre

Le réseau barbelé des lois, et des Pragmatiques, et des Articles Concordataires,

Et ce petit rempart de sable tapé qui dit : Tu n'iras pas plus loin ! à la Mer.

Pourquoi s'étonner que les choses devant nos yeux se ruent quand leur nature précisément est de passer ?

Qu'elles passent ! Martin n'a pas dans sa tête un autre ordre tout prêt pour le leur substituer.

Il ne veut pas autre chose que la gloire de Jésus-Christ aujourd'hui même !

Ce n'est pas des pierres qu'il a à enfanter, ce sont des hommes, et sa paternité, c'est le baptême.

Le baptême ou replongement dans cette eau qui est le mouvement lui-même,

Les âmes qui ne se meuvent plus sur la terre seulement, mais sans poids dégagées dans la lumière libre et

l'eau vivante î

Demain c'est le Roi sur son trône et l'Evêque dans la Cathédrale triomphante !

Mais aujourd'hui c'est Martin tout seul et cette foi en lui

Qu'il est de la part de Dieu quelque chose capable de donner la vie !

Que demain prenne soin de lui-même ! Son domaine à portée de sa main sans imagination et sans orgueil.

C'est ce païen tout vivant de démons à instruire, et le marécage à évangéliser, et la brousse, et ce grand pont

�� �