Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


SI LE GRAIN KE MEURT... 829

— Ça vaut quelque chose ? avait-il demandé au marchand.

— Monsieur, c'est aussi bon qu'un grand, lui avait-il été répondu.

Monsieur Richard et Madame Bertrand, exaspérés de me voir passer tant de temps auprès de mes oiseaux, avaient résolu d'y apporter obstacle ; ils m'annoncèrent au déjeuner qu'à partir de ce jour, le cadenas resterait mis, dont Madame Bertrand garderait la clef, et qu'elle ne me prêterait cette clef qu'une fois par jour, à quatre heures, à la récréation du goûter. Madame Bertrand arrivait à la rescousse chaque fois qu'il y avait lieu de prendre une initiative ou d'exercer une sanction. Elle parlait alors avec calme, douceur même, mais grande fermeté. En m'annonçant cette décision terrible, eUe souriait pres- que. Je me gardai de protester ; mais c'est que j'avais déjà mon idée : ces petits cadenas à bon marché ont tous des clefs semblables ; j'avais pu le constater l'au- tre jour tandis que M. Richard en choisissait un. Avec les quelques sous que j'entendais tinter dans ma poche.. . sitôt après le déjeuner, ra'échappant, je courus au bazar.

Je proteste qu'il n'y avait place en mon cœur pour aucun sentiment de révolte. Jamais, alors ou plus tard, je n'ai pris plaisir à frauder. Je prétendais jouer avec Madame Bertrand, non la jouer. Comment l'amusenïent que je me promettais de cette gaminerie put-il m'aveu- gler à ce point sur le caractère qu'elle risquait de prendre à ses yeux ? J'avais pour elle de l'affection, du respect, et même, je l'ai dit, j'étais particulièrement soucieux de son estime ; le peu d'humeur que peut-être je ressentais venait plutôt de ce qu'elle eût eu recours à

�� �