Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


peut que son partenaire ne la regarde déjà plus et même qu’il la haïsse, ce que je tiens pour une vilenie. Si vous revenez jamais, elle sait que le caprice vous mène. Ou bien elle sera partie... Elle dit pourtant ce nom, qu’on ne lui demande pas toujours : par habitude et civilité...

Le dessin que j’ai vu sur un mur représentait un Adam et une Eve, debout.

Les sentiments d’Eve auraient demandé un art impossible, le génie du Guide, qui avait au dire de Stendhal cent manières de faire regarder le ciel par deux beaux yeux. L’on s’en était tiré par un trait de génie. L’on avait mis à la jeune fille une queue diablotine et qui semblait bouger.

MEMENTO

Edmond Pilon raconte, dans la Revue des Deux-Mondes (1er Juillet) :

Descôteaux est cet original dont La Bruyère s’est servi pour peindre son amateur de tulipes. Vous savez, le fameux passage : Le fleuriste a un jardin dans le faubourg ; il y court au lever du soleil, et il en revient à son coucher ; vous le voyez planté et qui a pris racine au milieu de ses tulipes. Eh bien ! cet homme singulier, debout au milieu d’un parterre diapré de belles fleurs, qui sourit et fait l’entendu, c’est Descôteaux le joueur de flûte, le même qui, — dans la société de Chapelle, — fréquenta che2 les quatre amis.

Nous voici donc en compagnie des quatre amis :

La Bruyère, enveloppé de son manteau, affectant cet air grave et méditatif, pesant et « un peu soldat » qu’on lui a reproché, écoute le flûtiste... ......................................................... A cinq ou six pas en arrière, venaient Gâches et La Fontaine. Gâches était cet ami que La Fontaine, bien trop timide et nonchalant pour se souvenir de ses propres vers, conduisait avec lui à dessein de lui faire réciter des fables à sa place.

L’on cause : Une saillie de Boileau fit, à ce moment, bien rire ces Messieurs ; c’est