Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 617

traîner loin de la terre, dans la pure contemplation, s'est entièrement concentré sur la vie terrestre de Jésus-Christ dans sa réalité physique. Au commencement du xix^ siècle, dans son couvent de Dulmen, en pays rhénan, la sœur dicta, comme spontanément, avec une volubilité incroyable, à Clément Brentano qui les a publiés en allemand, la matière de trois énormes volumes qui suivent pas à pas le Nouveau. Testament, racontent la Naissance, la Vie cachée, la Prédica- tion, le Calvaire, mais à la façon réaliste et sans omettre aucun détail sur les mœurs, le costume, le paysage, les par- ticularités historiques et pittoresques touchant le grand drame sacré. Qiie de récents archéologues aient confirmé sur bien des points l'exactitude de ces « vues », c'est une .autre question. Littérairement parlant, je ne connais aucun •exemple d'une telle faculté d'évocation descriptive. Et ce n'est pas le rythme qui porte ici le verbe et ce n'est pas l'exaltation de la couleur ; Anne-Catherine ne peint pas, ne chante pas ; elle constate. Elle a tout vu et tout étant sacré pour elle, tout noté. « La croix du Sauveur était arrondie par derrière et formait une surface plane sur le devant. Elle était à peu près aussi large qu'épaisse, etc.. » Je vous fais, grâce de la minutieuse description que subitement dramatise et authentifie un trait effrayant comme celui-ci : « Son corps était tellement allongé qu'il ne recouvrait plus complètement l'épaisseur du bois de la croix ». Voilà Anne-Catherine Emmerich. La force tragique et lyrique du trait est puisée dans l'exactitude. Ainsi les faits, les choses et les êtres reprennent vie, consistance, durée ; s'ils glissent sans cesse dans le plan mystique, c'est pour un surcroit de réalité. Auprès d'une telle peinture, les récits soi-disant exacts et soi- disant humains d'un Strauss et d'un Renan apparaissent d'une maigreur et d'une pâleur abstraites ; ils sont froids, ils sont loin de nous. Anne-Catherine Emmerich, qu'elle ait « vu n, ou imaginé, demeure le seul écrivain qui restitue dans sa

.40

�� �