Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHANSONS 5<^7

Tapant du tambourin tout contre sans arrêt. Et poussant pour marcher de mes souliers ferrés

Sur les pieds nus de la pauvrette. « Une Muse, ça se taquine ! Allons, hardi ! Et vous la belle enfant, ne faites pas la tête !

— Oui êtes-vous, pour me parler ainsi ?

— Je suis, madame, le sire de Framboisy. »

��DU MIEL

(Sa ménagère se complaignant sans cesse de la rareté du sucre, le bon ménager forme le projet d'avoir un rucher dans son jardin.) »

On dit bien : qui na pas de miel en son rucher

Doit tout au moins en avoir sur sa langue.

Pour les gens. Car les gens aiment se pourlécher,

A défaut de vrai miel, d'une douce harangue.

Je voudrais un rucher tout uniment pour moi, Non pour en affiner le monde.

Le miel plaît, il sent bon, a belle couleur blonde.

Il est bien de garder au jardin un endroit

Où, sous un vieux sureau penchant au petit toit

De tuiles ébréchées que le lichen écaille,

S'alignent trois ruches de paille. Un recoin en balcon, donnant côté de jottr. Tout d'herbe, de feuillage, et de rayons qui glissent Dans l'odeur chaïuie des lys rouges, des mélisses. L'après-midi d'été 7^on:^onnant à l'eniour...

�� �