Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 461

vocation, qu'elle fait en toute rencontre ce que Dieu attend d'elle. Elle ne semblait qu'une enfant joyeuse, la jeune fille que son fiancé rit de voir à travers les branches de pommier en fleur ; elle ne connaissait pas son âme, ses possibilités. Cependant tout être a en lui un saint, un héros, et l'huma- nité complète. Le père de Violaine l'entrevoit.

Mais chacun dans sa poitrine contient.

Un homme et une femme, et qu'es-iii, â ma fille, que Vcpanouisse- ment de ce qu'il y avait en moi de féminin...

« Chacun de nous, écrit George Polti dans son sagace et pénétrant Art d'Inveiifer les Personnages, a tonte l'âme humaine, toujours et partout à elle-même identique, puis- que complète, puisque constituée à l'image de l'Infini. » « Il n'y a pas de caractères, il n'y a que des instables... Le caractère n'est que l'impression sur autrui, (qui nous la reflète et nous en persuade,) produite par quelques-unes de nos actions... » Le Moi, c'est au fond le nom, ijne sugges- tion, un mensonge.

Taine, Barrés, ont considéré l'individu comme un pro- duit de sa terre et de ses morts, déterminé, limité, con- damné à certaines façons de penser et de sentir comme il l'est à un certain type physique. Leur théorie demeure ; mais, comme il arrive aux théories scientifiques, qui ne ■sont jamais renversées entièrement par celles qui les rem- placent, peut-être conviendrait-il d'y apporter un correctif. Et en lisant M. Bergson, on imagine ce que ce correctif pourrait être.

Les relations de la conscience au cerveau sont à peu près, pour M. Bergson, celles d'un tableau à un cadre : ce n'est point un état d'âme quelconque qui correspondra à un état cérébral donné : » Posez le cadre, vous n'y placerez pas n'importe quel tableau ; le cadre détermine quelque chose du tableau en éliminant par avance tous ceux qui n'ont pas

�� �