Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

votre licol, et à votre gré vous le faites marcher à l'amble ; mais une pareille femme, non pas !

Enobarbus. — Il nous faudrait à tous des femmes comme ça ; on pourrait les emmener à la guerre.

Antoine. — Ses turbulences intraitables, filles de son impatience, vous ont donné de la tablature, et même force était d'y reconnaître une certaine habileté politique ! J'en suis fâché, mais je n'y pouvais rien.

Octave. — Je vous ai écrit, tandis que vous festoyiez à Alexandrie ; vous empochiez mes lettres sans les lire et vos sarcasmes éconduisaient mon messager.

Antoine. — Oui, l'un d'eux tomba sur moi sans être admis ; je venais de régaler trois rois et ne me sentais plus exactement dans le même état que le matin. Mais, le lendemain, j'en ai fait l'aveu de moi-même, ce qui presque était lui demander pardon. Non, ce maraud n'a rien à voir dans la querelle, et si nous disputons, balayez-le de vos griefs.

Octave. — Vous avez rompu vos engagements, trahi votre serment, ce que jamais je ne vous donnerai motif de me reprocher.

Lépide. — Doucement, Octave.

Antoine. — Non, Lépide ; laissez-le parler. Cet honneur m'est sacré, qu'il met en cause, et à quoi j'aurais manqué. Continuez, Octave ; mes engagements à quoi ?...

Octave. — A me prêter aide et assistance à la première réquisition, vous m'avez refusé l'un et l'autre.

Antoine. — Ne voyez pas refus où il n'y eut que négligence, et ce lorsque des heures empoisonnées me dérobaient à la conscience de moi-même. Du mieux que