Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


BEAUTÉ, MON BEAU SOUCI 259

Elle ouvrit l'armoire et en tira un objet brillant qu'elle mit entre les mains de Marc. C'était une photo- graphie d'Edith Crosland, dans un beau cadre en argent massif.

— Nous ne sommes pas aussi pauvre qu'on pourrait le croire, n'est-ce pas ? En tous cas, j'ai sauvé ceci. Pen- dant le jour je l'enferme ici et la nuit je le mets sous mon traversin. Oh oui, dit-elle à Marc, qui venait d'élever dans ses mains le portrait d'Edith, en réalité pour mieux le voir, mais Queenie put croire que c'était pour l'approcher de ses lèvres : « Oh oui, vous pouvez l'embrasser ! »

Elle s'assit au bord du lit et se mit à sangloter dans son mouchoir.

Marc Fournier n'aimait pas les scènes larmoyantes et, sous préteîcte que le taxi attendait, il prit congé dès qu'il vit Queenie un peu calmée. Il lui dit qu'il voulait la revoir avant son départ, et savoir si elle avait reçu des réponses à l'annonce qu'il ferait insérer, dès le len- demain, dans plusieurs grands quotidiens.

— Donnez cette adresse ; mais avec d'autres initiales que les miennes, à cause de ma tante et des gens qui me connaissent.... Non, je ae pourrai pas vous voir demain ; mais samedi soir, si vous voulez.

11 lui donna donc rendez-vous à la station de Dover Street. Il habitait tout près, dans Mayfair, une maison de « Chambres de célibataires », où il descendait lors- qu'il était à Londres pour peu de temps.

Pendant tout le reste de la soirée et la journée du lendemain, il fut inquiet et préoccupé. En cherchant à

�� �