Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


S.aJNT LOUIS, ROI DE FRAXCE 175

Louis est revenu de son esclavage en Egypte avec la fièvre.

Et déjà ce n'est plus le flot démesuré du Nil qui est promis à sa lèvre.

Mais, cette eau même dont il rêvait, ainsi donc de nouveau la voici, et cette source de Montargis

Comme une poche grise sous le talus frissonnante entre les myosotis !

Et comme jadis, avant le départ, il envisageait par i 'étroite lucarne, et c'était du haut de son donjon, à Aigues-Mortes dans le désert.

Ces lieux tristes où son royaume finit et tout ce sable •qTii précède la mer.

Maintenant c'est en plein cœur de France de nouveau "Verdoyant, bois et labours.

Qu'avec ses yeux maintenant d'exilé, il lui est donné ^e tout examiner, qui est arrêté sous son regard, le pré- sent, et l'avenir avec le passé qui se déploie tout autour,

Comme une carte où les chemins sont faits d'avance et l'Histoire qui se déplace sur cette aire quadrillée.

Ce pays qui solennellement une dernière fois lui est ■offert à comprendre et à juger.

D'un cœur pieux et d'un œil politique, il contemple •ses frontières spirituelles et physiques pour toujours, et •ses directions et ses versants, et ses défauts, et sa voca- tion, et ses dangers.

Il sent le vent sur le côté de sa figure de l'Archange •^i a charge de nous présider.

Et le ciel sans doute est plus beau, mais c'est cela, bois «et labours, et cette grande ville qui fume, sur la terre «qui lui a été donnée.

�� �