Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


156 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

L'ENCRIER (1er mai) contient un conte dramatique de Bernard Marcotte, des bois de Deslignères et Louis Bouquet.

René Gillouin esquisse dans l'EUROPE NOUVELLE (30 mai) le plan d'une critique générale du système maurrassien.

LE FEU (15 mai) : Les Saintes-Maries-de-la-Mer, la terre miraculeuse, par Joseph d'Arbaud.

LA GRANDE REVUE (mai) ; un conte d'Emile Guillaumin : la Revanche du « Pas Dégourdi ».

Dans les LETTRES PARISIENNES (1er avril), l'on trouve deux poèmes de Paul Morand, et un drame d'aventures de Georges Pillement.

LITTÉRATURE (mai) présente vingt-trois manifestes du mouvement dada. André Breton écrit : « Avant tout nous nous attaquons au langage qui est la pire convention. On peut très bien connaître le mot Bonjour et dire Adieu à la femme qu'on retrouve après un an d'absence ».

                *

L'OPINION publie des critiques musicales de Henry Bidou. Jacques Boulenger écrit sur les romans de Pierre Benoit (17 avril) : « Le romanesque ne se sauve que par la fantaisie, par le lyrisme, par la poésie en un mot, et où en voyez-vous, si peu que ce soit, en tout cela ? Si M. Pierre Benoit n'est pas un créateur de types profondément humains... ce n'est pas non plus un bien puissant créateur de types chimériques. Comparez à ses Jluents héros un d'Artagnan, un Monte-Cristo même.


Non, ce n'est point par la beauté des personnages que son roman vaut ; et ce n'est pas non plus par la beauté intrinsèque des scènes et des épisodes, car il recherche beaucoup moins une anecdote pour son « caractère » propre, que pour les effets de surprise qu'elle lui permet, et peu lui importe quelle soit banale pourvu qu'elle amuse ; c'est par le mouvement, l'animation, la variété. Car tel est le grand mérite de M. Pierre Benoit. Il nous prend par la main, il nous entraîne.


C'est pourquoi je dirai avec M. Paul Souday que Pour Dou Carlos, Kœnigsmark et même l'Atlantide nous offrent les types mêmes du livre à lire en chemin de fer. »

L'ŒIL DE BŒUF (mai-juin) : Le concert dans un parc, par H. de Montherlant.

LA RENAISSSANCE (21 mai) : La formule de M. Vlaminck, par Guillaume Janneau.