Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


li^O LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Remarquez la désinvolture avec laquelle ces lignes fort simples et qui ne présentaient aucune difficulté d'interpréta- tion ont été faussées et avilies. Déjà cette stèphmwlte est assez surprenante. (Ce mot n'étant pas cité par Larousse j'ignore dans quel sens il précise les « autres odeurs »). Mais que dites- vous de ce marécageuse, dans une région où les îles basses sont en général des récifs de corail, et de cet hostiles appli- qué à des gens dont Stevenson s'est toujours évertué à nous faire comprendre la bonté ? Enfin que penser de ce délayage qui produit chez M. Causse-Maël une vague griserie ?

Ouelques lignes plus loin, le capitaine raconte comment il ensevelit dans l'île un pauvre diable d'ivrogne et plaça cette inscription sur sa tombe : « John Adams, chil 1868. Va et fais comme lui. » L'épitaphe devient chez M. Causse-Maël : « Passant, ne suis pas son exemple. » La morale est sauvée ;on ne saurait trop s'en réjouir ; mais enfin Stevenson... Le tra- ducteur l'a sans doute pris pour un petit journaliste inconnu avec lequel on n'avait pas besoin d'y regarder de si près. Passons à M. Causse-Maël son manque de tact littéraire puis- qu'il n'en est pas responsable ; mais comment n'a-t-il pas compris que, même pour un lecteur fermé à toute beauté, les Nuits des Iles présentaient un intérêt de documentation sur les mœurs du Pacifique. Juxtaposons encore une fois la traduction et la paraphrase :

��J'étais malade du désir d'avoir dos blancs comme voisins, après quatre années de Ligne qui m'avaient toujours fait l'effet d'années de prison ; temps passé à être déclaré « tabou », à des- cendre à la « Maison des Pala- bres » pour en savoir le motif et pour faire lever la peine, à ache- ter du gin, à tirer une bordée et

��J'avais été par trop sevré de société pendant quatre ans, mes quatre années d'Equateur, que je considérai toujours comme qua- tre vraies années de bagne. Quelle existence que la mienne au cours de cette période mau- dite, où j'étais seul de mon espèce au milieu de sauvages smpides ! J'en étais arrivé, ma

�� �