Page:NRF 11.djvu/993

Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL DE VOYAGE (cANADa) 987

petite ville naissante de 1000 habitants, Port Alberni, qui a tout ce qu'il faut pour devenir, d'ici quelques années, l'un des ports les plus importants de la Colombie britannique ; car il est sérieusement question de relier l'île de Vancou- ver au continent. Le sol de la ville et celui des faubourgs de l'avenir appartiennent à une société anglaise : V Alberni Land C^. Celle-ci se propose de construire une laiterie modèle sur ses terres, à côté d'une ferme qui existe déjà. On m'offre la direction de la laiterie. Nous vendrons du lait aux pionniers et il faudra inventer un fromage inédit qui rendra Alberni célèbre. C'est la première entreprise de ce genre faite dans l'île. J'espère qu'elle sera couronnée de succès. Le Département de l'Agriculture donnera des conseils pratiques pour la construction des bâtiments et l'achat du bétail.

En Amérique on ne réussit que par l'aplomb, et d'être modeste " cela ne paie pas " : mon ami me présente au Ministre de l'Agriculture, comme un prodige sachant faire trente espèces de fromages différents et une seule espèce de beurre : la meilleure.

Alberni^ IJ septembre. J'étais venue ici pour y passer deux jours, et voilà que je ne puis plus m'arracher à cet endroit ravissant. J'étais arrivée avec le Député-Ministre, M. Scott, le " Chef de bureau du bétail, " et M. Carmichael, agent de V Alberni Land C°, choisir l'emplacement de la laiterie modèle dont je vous ai parlé. Il a été vite trouvé. C'est un endroit splendide à l'ombre de grands arbres, au bord d'une rivière. Un wagonnet sur rails transportera le lait de rétable à la laiterie. On commencera la construction

�� �