Page:NRF 11.djvu/904

Cette page n’a pas encore été corrigée


898 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Composé en vue d'un résultat à atteindre, son ouvrage manque de profondeur, de conscience de soi, d'une vie propre, enfin, qui lui permette de rester toujours identique à lui- même, et d'affronter sans perdre aucune de ses qualités la suite changeante des temps. Que le vent tourne, que les générations s'orientent vers d'autres horizons politiques, il se trouvera non seulement abandonné par la faveur qui l'entoure aujourd'hui, mais dépouillé de toute vertu. On n'en verra plus que les artifices. M. Jean Variot n'a-t-il pas de plus hautes ambitions ?

Enfin, nous savons trop à quel maître un tel écrivain se doit. Ainsi, lorsque son héros entreprend, pour retrouver sa person- nalité égarée ou indécise, le pèlerinage de l'épopée de la Grande Armée à travers l'Europe, nous ne pouvons point ne pas penser aux exercices spirituels de l'auteur à' Un Homme libre. Que passant à Rome, Andréas Hcrmann Ulrich s'écrie : " Là, plus que partout ailleurs, le peu que je suis se montrait à moi, et surtout je sentais que cette ville, parsemée de temples antiques, n'est éternelle que par la puissance invincible qui règne au Vatican, cette puissance qui alors m'effraya, parce que j'avais osé vivre, pendant plusieurs années, sourd à ses commandements " ; et que pris de la tentation de voguer vers la Grèce, il y renonce en se disant : " que la Grèce serait encore pour moi une source d'amertume et que très certaine- ment je ne la comprendrais pas ", cette attitude ne lui serait point possible si M. Jean Variot n'avait lu le Voyage de Sparte. Mais M. Jean Variot est encore pour beaucoup plus l'élève de M. Maurice Barrés à qui il emprunte ses procédés de style avec une facilité étonnante.

Je n'entends pas dire, toutefois, que les Hasards de la Guerre soient une œuvre dépourvue de tout mérite. M. Jean Variot est capable d'une grande application. Il sait, avec quelques mots très simples, très ordinaires, ramasser et renforcer un récit, et surtout placer au bon endroit des épisodes qui excitent l'intérêt. Il imagine, d'ailleurs, assez fortement, encore que ses moyens

�� �