Page:NRF 11.djvu/901

Cette page n’a pas encore été corrigée


NOTES 895

un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. " Elle a devant elle Texemple de Jeanne : ** Si j'avais été Jeanne d'Arc, je n'aurais rien dit à personne. J'aurais sauvé le royaume, mais on n'aurait pas su que c'était moi, on ne m'aurait pas aimée, et je serais morte avec mon secret... Il n'y a sur terre que deux sortes de gens : il y a ceux qui échangent, et ceux qui donnent. Ceux qui donnent !... " Seulement, Jeanne était toute simple, Mengeatte est naïvement compliquée. Nulle voix céleste ne la guidant, il faut qu'elle cherche sa mission à ses risques, parmi les hésitations, les scrupules, les tentations de l'orgueil. Parce que Charles de Lorraine l'a reçue avec un sourire, elle se flatte de le conduire, en héroïne, à la victoire ; mais le prince léger n'a voulu que prendre d'elle son plaisir. Toujours pure, pour- tant déchue, voici qu'elle revient vers les siens et reprend ses habits de femme ; pour prix de son vain sacrifice, elle ne voit autour d'elle que passion, défiance et fureur du meurtre ; si bien que la petite sainte s'en ira vaguer pur les routes avec le troupeau des excommuniées....

La première partie de l'aventure nous est contée par Antoine Coliche, vieil ami de Mengeatte ; la seconde partie par Man- geatte elle-même, sans pastiche d'ancien langage, mais sans qu'aussi nulle expression choque par sa modernité. C'est dire à quel point l'auteur a choisi son jeu difficile, afin de le rendre plus beau. Il y porte l'aisance la plus savante, la simplicité la plus raffinée : ce n'est point par la seule ressemblance des noms que Raymond Schwab nous fait songer à Marcel Schwob. Moins harmonieusement parfaite que la Croisade des Enfants, l'histoire de Mengeatte a plus de mouvement, de chaleur et de vie. La merveille serait qu'elle sût nous imposer une émotion ingénue. Mais plus l'art se fait délicat, mieux il accuse la distance entre les motifs des personnages et la subtile arrière- pensée de l'écrivain ; aussi, comme devant les pages où Renan parle des saints, notre tendresse admirative se nuance-t-elle d'ironie. M. A.

�� �