Page:NRF 11.djvu/900

Cette page n’a pas encore été corrigée


894 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

tronc " ; deux tours sans flèches, coiiFées de toits bulbeux. Je me souviens comme nous levions le nez, dans la cour de l'école, pour regarder les couvreurs travaillant sur leurs minces planches suspendues. Au matin d'un 13 juillet, d'entre les ardoises éclatant au soleil soudain jaillit une vive flamme rouge ; et, même après que se furent déployés le blanc et le bleu du long drapeau, il nous semblait revivre encore le grand désastre : l'incendie de l'église par les Suédois. Ce désastre dont l'image restait si vague dans mes rêves d'enfant, j'y crois assister moi-même aujourd'hui, puisque Mengeatte l'a regardé. Habitant tout contre l'église, dans la rue des Trois-Pucelles, elle n'a rien perdu de cette horreur. Elle a vu les hérétiques du Nord graisser la toiture, et bondir avec leurs torches dans la nef bourrée de paille et de bois :

" Tout d'un coup, la nef s'illumina entièrement, les vitraux devinrent rouges, des flèches de feu sautèrent très haut entre les tours, les soldats sortirent en courant et disparurent, et il n'y eut plus dans la nuit que le grand vaisseau de pierres, crevé partout de flammes que la bise tordait....

" Et le grand vaisseau précieux brûla six jours et six nuits ; et, pendant six jours, les corneilles volèrent autour des clochers sans se poser ; et les maisons, trop pressées autour de l'église, éclatèrent comme des coques d'oeufs pourris ; et les cloches, fondues, coulèrent dans l'intérieur en pluie de bronze, puis suivirent jusqu'à la Meurthe le chemin du sang ; et les murailles demeurèrent sauves au milieu de l'incendie, rouges comme braise. Et la grande flamme, pendant six jours et six nuits, nous dessécha la gorge ".

Or Mengeatte est faite pour souffrir plus qu'une autre de cette " grande pitié qui est au duché de Lorraine. " Elle a même prié si fort, à l'heure où Niels Erikson tentait d'abattre la statue de Saint Nicolas, que le chef du saint a frappé la tête de l'homme, en lui crevant les deux yeux. Pourtant Mengeatte n'est pas née pour la haine ; elle médité la parole : " Personne n'a

�� �