Page:NRF 11.djvu/881

Cette page n’a pas encore été corrigée


RÉFLEXIONS SUR LA LITTERATURE 875

et sans écho ; l'art du logographe non seulement nous a laissé des œuvres durables, mais il a formé le cœur de l'atticisme, qui est le cœur du classique, qui est le cœur de la beauté. Pourquoi ? Rien de plus artificiel et de plus bizarre, semble-t-il, que les conditions imposées au logographe. La loi athénienne ignore les avocats ; elle impose à l'accusé de se défendre lui- même : tout au plus lui tolère-t-elle un aide, parent ou ami, dont l'assistance est d'ailleurs exceptionnelle. L'homme de l'art n'intervient qu'en lui fournissant une défense écrite, qu'il ap- prend par cœur, et récite. On ne saurait imaginer pour le pro- fessionnel de la défense une situation plus discrète et même plus humiliée. L'avocat d'aujourd'hui, déployé dans l'ampleur tournoyante de ses manches et le fracas glorieux de sa renommée, considérerait le logographe comme un méprisable hère. Et pourtant ce sont les lois immanentes de l'art, qui, selon leur cou- tume, élèvent ici le plus humble et déposent le superbe. L'art du logographe est avant tout l'art de se faire oublier, de dispa- raître dans son personnage, de tout disposer en sorte que les juges puissent croire sincèrement entendre l'accusé lui-même et lui seul. De fait, un discours de Lysias nous donne au naturel, comme le creux de la cendre à Pompéi, la figure du bonhomme qu'il fait parler. Du logographe à l'avocat d'aujourd'hui, il y a exactement la distance de l'auteur dramatique au comédien. L'auteur dramatique crée des personnages, s'efface en eux, leur donne sa place de vivant. Le comédien fait son personnage, vit de lui, tire sa gloire de lui.

Comme l'art du comédien, l'art de l'avocat est un art du momentané. Il ne vise qu'à un eifet momentané, portant sur un moment décisif. C'est seulement par un détour, par un biais, que l'éloquence parlée est élevée à une valeur littéraire et durable. Ou plutôt, et pour dire net, il n'y a pas de littéra- ture parlée, improvisée, il n'y a que de la littérature écrite. Les discours de Démosthène et de Cicéron sont des œuvres écrites refaites en vue de la publication. Les sermons de Bossuet

�� �