Page:NRF 11.djvu/804

Cette page n’a pas encore été corrigée


79^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Se met debout et devient une fille au front cornu ! Silence !

La musique cesse peu à peu. Salut, Ménélas !

Silence, Il dort ! ce n'est pas en vain qu'il a regardé dans les prunelles du dieu de la Mer !

Tout pour lui est changé et je vais lui appa- raître comme la plus adorable des Nymphes. Salut, libérateur !

MÉNÉLAS ouvre les yeux sans se réveiller, — Le SATYRE-MAJOR lui fait d'horribles grimaces, — MÉNÉLAS le regarde aveâ hébétement et imite ses grimaces. — Puisl d'un bond il se relève et saute sur son\ arc y mais peu à peu comme frappé d'éton- nement il le laisse se débander.

SCÈNE I

LE SATYRE-MAJOR

Salut, Ménélas !

MÉNÉLAS

Qui me parle ?

LE SATYRE-MAJOR

C'est moi, Seigneur, qui vous parle.

�� �