Page:NRF 11.djvu/799

Cette page n’a pas encore été corrigée


JOURNAL DE VOYAGE (cANADa) 793

blonde. Elle s'ennuie à mort dans cet endroit solitaire.

10** Le bébé Marks, pauvre petit être de six mois qui en paraît deux.

11° Mr. Ellis, beau-frère des Donahoo; tient la boutique à Kyuquot, commun, gros, mais inofFensif et sans malice.

12° Mrs. Ellis, Indienne, sueur de Mrs. Donahoo, mais toute différente : grande, jolie taille, très enfantine, mais charmante.

13° Miss Paine, l'Anglaise qui m'a présentée aux Donahoo, bohème, désordre, sentimentale, bien élevée et très malheureuse dans ce milieu.

14° Moi-même. Sw^eater sang de bœuf, jupe courte à carreaux noirs et verts — le sweater et l'étoffe viennent du bazar indien de Kyuquot — grand feutre gris avec une plume d'aigle, la personne et les habits déchirés et très sales.

Le bungalow des Donahoo est situé dans un endroit splendide. C'est la solitude absolue. Pour y arriver, nous longeons la rive du fjord. Les aigles perchent sur les grands arbres au bord de l'eau. La maisonnette est entourée d'un jardin abandonné, devenu prairie. Nous y passons trois jours, dévorés par les moustiques.

Mrs. Donahoo, maintenant que nous avons quitté le " Tees " protecteur, se montre de plus en plus autoritaire et capricieuse. Elle est orgueilleuse d'avoir chez elle des femmes blanches, plus orgueilleuse encore de les sentir à sa merci, de pouvoir leur commander.

Le meilleur souvenir de ces journées est la capture d'un gros saumon. Nous étions en pirogue, Mrs. Donahoo et moi. Je pagayais sans bruit ; elle péchait, assise à l'arrière, déroulant la longue ligne terminée par la cuiller

4

�� �