Page:NRF 11.djvu/756

Cette page n’a pas encore été corrigée


750 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Les deux petites françaises parlèrent à la fois :

— Papa a dit qu'il recevrait l'argent de France le mois prochain. 11 a dit...

— Enfin, vous n'apportez rien ? Eh bien, tant que les honoraires dûs n'auront pas été payés, vous ne pourrez pas assister aux cours. Dites-le de ma part à votre papa.

Ce fut alors que Rachel Frutiger s'approcha :

— Moi non plus. Madame, dit-elle, je ne vous apporte rien.

— Comment, vous. Mademoiselle Frutiger t

— Non, Madame. Papa vous enverra l'argent après Noël. Vous venez, les Françaises ?

Dehors, Rachel fut saisie par surprise, adossée à un arbre, immobilisée.

— Tu as fait ça pour nous. Tu avais l'argent !

— Mais non, je vous jure.

Elle se débattit, et son cartable s'ouvrit, et il en tomba, avec des cahiers, une enveloppe qui sonna en touchant le pavé. Rachel Frutiger cria : Ah mon père ! ramassa ses cahiers et son enveloppe, et sans rien écouter, et sans dire au revoir, elle^ partit en courant.

Après la rentrée, l'argent de France n'étant pas venu, et comme il ne fallait pas faire de la peine à papa, on fit semblant d'aller aux cours. On partait, le cartable au dos. On passait une heure à conso- lider le bonhomme de neige dressé sur la place de Plainpalais. Mais après, que faire ? On n'osait pas

�� �