Page:NRF 11.djvu/752

Cette page n’a pas encore été corrigée


74^ LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

madame la directrice disait, en parlant de mon Grand-père :

— C'est bien l'orgueil de ces Français : a-t-on idée d'envoyer ses filles à la pension la plus aristo- cratique de la ville, alors qu'on ne peut même pas payer régulièrement les mensualités !

Comme cette pension devait être aristocratique 1 Sûrement elle a dû disparaître, avec tant d'autres choses aristocratiques. Il y venait une vraie petite princesse allemande ; et des petites Anglaises très distinguées et très laides, qui s'appelaient, par exemple : l'Honorable Mildred Taylor. Et il y avait trois sœurs à chevelures rousses, qui parlaient un langage barbare, se donnaient des coups de pied sous leur banc pendant la classe, et portaient au cou de grandes croix d'or. Un valet les accom- pagnait et montait la garde devant la porte. On les appelait " les sœurs Prok ". Au cours, quandi elles ne se battaient pas, elles suçaient leurs croi: d'or, au lieu de prendre des notes. Un jour un< des croix se détacha et tomba sur le plancher ; on| vit alors qu'elle était creuse : un liquide en sortait. La surveillante la ramassa, et, se tournant vers la maîtresse, elle cria :

— Madame, c'est de l'éther !

Les sœurs Prok étaient devenues aussi rouges | que leurs cheveux, et les deux femmes se regar- dèrent un bon moment sans rien dire...

J'essaie de voir Pénélope Craigie. Mais la moitié

�� �