Page:NRF 11.djvu/746

Cette page n’a pas encore été corrigée


740 LA NOUVELLE REVUE FRANÇAISE

Vous me demandez de vous expliquer mon sentiment, voici ma première idée : je prendrais un système moyen, et je crois que l'on juge par sentiment et par discussion. Deux critiques ont une mesure égale d'esprit, celui qui a le plus de sentiment et de goût est le plus fin. Dans un même ouvrage, il y a des choses qui sont du ressort de l'un, il y en a qui sont du ressort de l'autre. Ce n'est pas par la discussion que vous jugez de bien des beautés de Théocrite, de Virgile, d'Ovide. M. l'abbé Dubos a tort — et vous l'avez bien remarqué — de distinguer les manières de juger par de certaines classes d'hommes ou professions. Un savant, un poète, un orateur, un homme du monde ne sont de bons ni de mauvais critiques, comme un roi n'est ni heureux ni malheureux, et une femme de qualité n'est ni belle ni laide.

L'expérience est contre l'abbé Dubos. Le sort des ouvrage» d'esprit n'est guère fixé que par les gens du métier, qui ont de la discussion et, outre cela, du sentiment. Ces gens-là touchent, pour ainsi dire, la corde des organes des gens du monde et les avertissent} on voit cela bien clair dans les chansons de la Comédie.

Les gens du monde jugent ordinairement mal ; c'est qu'ils nc^ prennent aucun intérêt aux choses dont ils jugent, n'allant point au théâtre pour écouter et ne lisant point pour s'instruire. On peut les partager en deux classes de gens, qui n'osent hasarder leur suffrage, ou qui le hasardent témérairement... Je barbouille du papier et j'écris sur une chose qui demande beaucoup de réflexion8»i

Quelle sûreté et quelle modestie !

��Le Temps du 26 février contenait d'admirables paget extraites d'une conférence prononcée par Rudyard Kipling à la Société royale de géographie de Londres. Ce grand voyageur y traite, en particulier "le sujet illimité, le sujet fascinant des; odeurs dans leurs rapports avec le voyageur ". Il faut citer :

Avez-vous remarqué que partout où quelques voyageurs se trou- vent réunis, l'un deux ne manque jamais de dire : "Vous souvenez- vous de l'odeur qui régnait à tel ou tel endroit ^ " Puis il se peut

�� �